Nouvelles

Des nouvelles de SPHERE!

De la musique pour les yeux

« ORIGINALITÉ. Animé par plusieurs passions comme la musique, l’usinage, l’ébénisterie et l’électricité, le Drummondvillois François Bolduc redonne vie à de vieux instruments de musique de façon originale et écoresponsable.

Tables, luminaires, horloges, chaises… voilà autant de créations que M. Bolduc a réalisées au cours des dix derniers mois.

«Actuellement, j’ai transformé une vingtaine d’instruments. J’adore résoudre des problèmes, me casser la tête pour faire des choses uniques. Une caisse claire, par exemple, n’est évidemment pas faite pour avoir une vitre et un mécanisme d’horloge. J’utilise mes connaissances, mais je fais aussi plusieurs recherches pour me donner des idées et trouver des façons de faire», explique le créatif.

Toutes les créations sont inspirées et fabriquées à partir d’instruments usagés ou endommagés ou d’accessoires qui ont un lien de près ou de loin avec la musique.

«J’essaie le plus possible de prendre des instruments qui ne fonctionneraient plus même après réparation. Je me rends régulièrement à la Ressourcerie Transition et dans des pawnshops. Je déniche également les objets sur le web en plus de recevoir des dons», indique celui qui prévoit se trouver un plus grand espace de travail et d’entreposage.

C’est par l’entremise de son entreprise fondée à la fin de 2014, Vibe design, qu’il façonne avec minutie les instruments tout en respectant la noblesse de la matière première.

«Je peux compter sur une aide gouvernementale via Sphère-Québec. En fait, je reçois, pendant un an, un montant équivalent au salaire minimum», précise-t-il.

Exposition

Les œuvres de M. Bolduc sont présentement en montre chez Axart.

«Je suis extrêmement heureux d’exposer ici. Ça faisait un petit bout de temps que j’y pensais et que certaines personnes me suggéraient de le faire, mais je n’étais pas assez prêt. Cela fait à peine quatre semaines qu’on m’a proposé cette exposition», laisse-t-il savoir.

Intitulée Renaissance 2.0, l’exposition se déroule jusqu’au 31 octobre.

«J’ai donné ce nom, car je fais référence à la période de la Renaissance en Italie au 14e siècle. Durant ce courant, l’art a connu un boom. Le « 2.0 » fait évidemment allusion à notre époque et au moderne», souligne-t-il.

Pour plus d’information, il est possible de visiter le www.vibedesign.ca. »

Source: Cynthia Giguère-Martel, l’Express de Drummondville, 9 octobre 2015.

Les commentaires sont fermés.